Réseau National des Habitants du Cameroun : pour un accès au logement social

mardi 15 décembre 2009 par Assoal

Les origines du Réseau national des habitants du Cameroun (RNHC) remontent en 1997 par la création de clubs de lecture et d’animation culturelle dans les quartiers populaires de Yaoundé. Un an plus tard, ces clubs structurés en réseau donneront naissance au Réseau Inter Africain des habitants (RIAH) Cameroun. En 2000, suite à la scission du RIAH, le Collectif Inter Africain des habitants (CIAH) voit le jour.

Et c’est finalement lors d’un atelier d’échanges d’expériences sur les difficultés d’accès aux services sociaux de base, en 2001, que le CIAH se métamorphose en RNHC. Depuis cette date, les motivations, acquis, résultats, membres et partenaires du Réseau, comme l’appellent la plupart de ses recrues, n’ont cessé d’augmenter. Si bien que son programme triennal 2009-2011, « en phase avec la vision du Cameroun horizon 2035 » prévoit « d’améliorer la contribution de ses organisations membres aux politiques publiques, ainsi que l’accès des populations des quartiers défavorisés aux logements sociaux, services de base et équipements essentiels », explique Dominique Essono, secrétaire permanent du RNHC. Pour atteindre cet objectif, le Réseau devra agir aussi bien sur le plan local, provincial, national qu’international, continue-t-il.

Activités et résultats

Dans son souci « d’infléchir les politiques d’habitat et de logement dans l’intérêt de tous », le Réseau aidera ses organisations membres à se mobiliser, s’organiser et se structurer. Ceci passera entre autres par l’organisation et l’animation des rencontres statutaires et de structuration (comités nationaux de concertation, comités nationaux de contrôle et de sages, triennale des habitants,…), la publication et la diffusion de plusieurs supports de communication. L’accompagnement et le renforcement des capacités des membres n’en seront pas de reste. Un renforcement du CRDL (service de mutualisation entre les membres) à Yaoundé et Douala et un programme de formation des formateurs sur des thèmes variés, à travers des « universités itinérantes citoyennes » et « universités fixes techniques » sont prévus.

Enfin, toujours pour satisfaire ses « bénéficiaires directs » qui se recrutent parmi les ménages à revenus instables, exclus des processus de décision et du titre de propriété foncière, les femmes et jeunes à faibles activités économiques et les « bénéficiaires indirects » comprenant ici les OSC, les collectivités territoriales décentralisées, l’Etat et les entreprises du secteur privé, le Réseau ambitionne de promouvoir la gouvernance locale et le respect des Droits Economiques, Sociaux et Culturels (DESC). Ainsi des études sur le statut foncier, le capital social seront menées. Toujours dans cette rubrique, l’on retrouve le plaidoyer pour la mise en place d’un cadre juridique adapté aux mutuelles et coopératives d’habitat. Un appui pour la mise en place d’une plate forme DESC centrée sur les droits pour tous au logement, à la propriété foncière, à l’éducation, à la santé est également envisagé.

Eric O. LEMBEMBE

Débats lors du dernier Conseil national de concertation de mai 2009.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 945255

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site Comment faire respecter les DESC ?  Suivre la vie du site Mobiliser la société civile   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC | Webmaster : Zoul | Logo : www.laboiteapapillons.com

Creative Commons License