Communiqué de presse des ONG philippines à la veille de la session du Comité DESC

jeudi 26 février 2009 par Bernardo D. Larin - PhilRights

Communiqué de presse
6 novembre 2006

Une dissimulation de la réalité sous les chiffres

À la veille de l’examen du rapport officiel philippin par les Nations unies et de l’évaluation des efforts de l’Etat pour améliorer la qualité de vie de ses citoyens, le pays a été classé cinquième (5e) selon une enquête récente menée par Gallup International, parmi les nations souffrant le plus de la faim dans le monde. Quatre habitants sur dix ont admis avoir souffert de la faim au cours de ces dernières années.

Malgré ces mauvaises nouvelles, les délégations gouvernementales qui doivent se présenter aux auditions du Comité des droits économiques, sociaux et culturels (Comité DESC) les 11 et 12 novembre à Genève, en Suisse, vont très certainement affirmer que l’Etat a mis en oeuvre des politiques et programmes visant à la réalisation des droits sociaux et économiques, tels que les droits à l’alimentation, à l’emploi, au logement, à l’éducation, et aux services de santé.

En outre, dans son rapport officiel soumis au Comité DESC, l’État a peint le tableau d’une économie favorable, en citant une pauvreté réduite, passée de 45,5% en 1998 à 30,4% en 2003, et une croissance moyenne de 3-5% du Produit intérieur brut (PIB), du Produit national brut (PNB) et des secteurs clés de l’économie entre 2001 et 2004.

Même si l’État reconnaît dans son rapport certaines faiblesses comme un manque de dépenses publiques dans le domaine de l’éducation, il affirme cependant que la situation des Philippins s’est généralement améliorée en matière de santé et d’alimentation, en s’appuyant pour cela sur des indicateurs tels que les taux de mortalité infantile et maternelle.

Cependant, des groupes de la société civile ont conseillé au gouvernement de ne pas prendre modèle sur Joc-joc Bolante, ex-représentant du ministère de l’agriculture impliqué dans un détournement de fonds destinés à de l’engrais, à hauteur de 700 millions de pesos philippins. Ce dernier ne cessait de dissimuler la verité derrière des détails d’ordre juridique. L’administration ne pourra pas toujours se cacher derrière son jargon et ses statistiques : inévitablement, la réelle situation des Philippins sera peu à peu exposée au grand jour comme cela s’est produit avec les réultats de l’enquête sur la faim menée par Gallup international.

Selon le rapport de la société civile au Comité DESC des Nations unies, les Philippins ont vu la jouissance de leurs DESC gravement compromise par certaines priorités, politiques et pratiques gouvernementales telles que la loi sur l’extraction minière, les appropriations automatiques pour le service de la dette, la corruption, et le flou de l’agenda pour la population.

En outre, les questions préoccupantes déjà soulevées par le Comité DESC en 1995 comme le manque de pouvoir judiciaire de la Commission des droits de l’Homme des Philippines, les expulsions forcées, la situation vulnérable des enfants, les faiblesses et l’inachèvement du programme de réforme agraire, ainsi que la privatisation des services de santé font toujours partie des réalités d’aujourd’hui.

Cela n’est pas surprenant étant donné que le gouvernement n’a pas daigné écouter la plupart des recommandations formulées il y a treize ans par le Comité DESC, parmi lesquelles figuraient : un accroissement du budget pour l’amélioration des bidonvilles et l’accès à un logement au prix abordable, le suivi accéléré du programme de réforme agraire, la création d’un organe dont le rôle serait d’empêcher les expulsions forcées.

Afin de remettre le gouvernement sur les rails et faire en sorte qu’il soit en accord avec le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, les organisations de la société civile appellent le gouvernement à prendre les mesures suivantes :

  • édicter des législations sur la santé génésique, sur les pensions sociales pour les personnes âgées, contre la prostitution, sur les droits des patients, sur l’étiquettage obligatoire des produits alimentaires et la loi sur la sécurité alimentaire, sur la conformité de la législation nationale avec les Principes de précaution et la magna carta pour les femmes ;
  • abroger ou amender la loi sur l’extraction minière, la loi antiterroriste, le Code national de construction (National Building Code) ;
  • centrer les priorités du budget national sur les services de base et le développement agricole, et non sur le service de la dette, et conformer les dépenses pour les services aux normes recommandées au niveau international et régional, comme la prescription de l’OMS de consacrer 5% du PIB à la santé ;
  • réformer les mandats de la Commission des droits de l’Homme des Philippines et autres mécanismes de redressement afin de leur conférer des pouvoirs appropriés, les rendre plus indépendants et isolés de la politique, et faciliter la participation de la société civile ;
  • faire activement pression sur les créanciers pour obtenir un moratoire de dette et / ou une suppression / répudiation des engagements lourds et illégitimes.

L’élaboration du rapport de la société civile soutenu par plus de cent associations a été facilitée par PhilRights (Philippine Human Rights Information Center), bras de recherche de l’Alliance philippine des défenseurs des droits de l’Hommes (PAHRA) et de l’Association de lutte contre la pauvreté urbaine (Urban Poor Associates).

Les principales ONG ayant pris part à l’élaboration du rapport sont le Sentro ng Alternatibong Lingap Panligal (Saligan), le Centre pour la défense des migrants (Center for Migrant Advocacy ), Homenet Southeast Asia, la Coalition des ONG philippines pour la souveraineté alimentaire (Philippine NGO Coalition for Food Sovereignty), Medical Action Group (MAG), Freedom from Debt Coalition (FDC), et Education Network – Philippines (E-Net).

Réseau des ONG-OP des Philippines pour les droits économiques, sociaux et culturels

Contacts : Nymia Pimentel-Simbulan Dr. PH (433-1714)
Renato Mabunga (436-2633)
Ted Añana (426-4118)


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 946383

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site Comment faire respecter les DESC ?  Suivre la vie du site Réaliser et présenter un rapport alternatif   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.3 + AHUNTSIC | Webmaster : Zoul | Logo : www.laboiteapapillons.com

Creative Commons License